13 juillet 2024

Les pêcheurs sénégalais partent pour l’Espagne alors que les stocks de poissons diminuent chez eux

2 min read

Le pêcheur Khalifa Ndour accuse le Président sénégalais Macky Sall d’être responsable de la chute des stocks de poissons de son pays qui l’a forcé à risquer sa vie pour chercher du travail comme ouvrier agricole dans le nord-est de l’Espagne. De retour au Sénégal, sa femme Mariatou Mbodj s’ennuie de son mari. Elle ne trouve pas de travail comme transformatrice de poissons, et elle et les trois enfants de Ndour attendent anxieusement à Bargny, sur la côte au sud de la capitale Dakar, des nouvelles de ses démarches pour se légaliser en Espagne.

Les porte-parole du ministère de la Pêche et du gouvernement n’ont pas répondu aux demandes de commentaire. Un accord de droits de pêche avec l’UE, renégocié sous la présidence de Sall, se concentre principalement sur le thon. Depuis 2014, il a versé au Sénégal 1,7 million d’euros (1,85 million de dollars) par an pour le droit de pêcher 10 000 tonnes de thon. En outre, les armateurs paient environ 1,35 million d’euros par an en frais, selon l’UE. Les ONG blâment les chalutiers étrangers pour la forte baisse des stocks de poissons. Les pêcheurs artisanaux disent que leurs prises ont diminué de 58 % entre 2012 et 2019, selon un rapport de 2023 de la Fondation pour la Justice Environnementale (EJF).

« LA MER NE FONCTIONNE PAS »
Quelque 78 % des pêcheurs et des transformateurs de poissons interrogés par l’EJF ont déclaré qu’il leur était plus difficile de nourrir leurs ménages par rapport à il y a cinq ans. « La mer ne fonctionne pas à 100 % comme avant », a déclaré Ngom, 20 ans, qui a fait le voyage avec Ndour jusqu’à Guissona, une ville de 8 000 habitants en Catalogne.