19 mai 2024

Menacée par l’acidification des océans : le secteur des coquillages du Sénégal en péril

3 min read

Le changement climatique modifie la chimie des eaux de l’Afrique de l’Ouest, et les collecteurs locaux en paient le prix.

Fatou Sarr, âgée de 61 ans, cueille des huîtres, des coques et des crevettes dans le delta du Saloum au Sénégal depuis qu’elle était jeune fille, marchant parmi les mangroves à marée basse et naviguant lorsqu’elles sont hautes.

« Nous faisons ce travail pour nourrir nos familles, payer les études de nos enfants, leurs frais médicaux et d’autres nécessités », confie Fatou à Dialogue Earth.

Après des décennies à vivre et travailler dans la région de Niodior du delta, Fatou constate que les collecteurs sénégalais ressentent désormais l’impact de l’acidification des océans, qui entrave la croissance et la survie des coquillages.

« J’ai commencé à voir la diminution des huîtres il y a environ trois ans. Cela représente une grande menace pour l’avenir de nos moyens de subsistance », dit Fatou.

Le delta du Saloum couvre plus de 700 kilomètres carrés – plus de la moitié du réseau de forêts de mangroves du Sénégal. Ensemble, ces habitats soutiennent plus de 5 000 collecteurs de coquillages, dont 80 % sont des femmes, selon une étude de 2021 par l’USAID (l’Agence des États-Unis pour le développement international).

Les huîtres, les crevettes et les « coques sanglantes », également connues sous le nom d’arches, apportent directement nourriture et argent à environ 60 000 foyers dans le pays, selon l’étude. Ces coquillages sont également exportés à travers le monde, contribuant à l’économie du Sénégal.

Sarr a été informée sur le changement climatique et ses impacts lors de divers ateliers. Aujourd’hui, elle constate dans sa vie quotidienne les changements qui avaient été annoncés lors de ces discussions.

« Il y a quelques années, je pouvais récolter trois sacs d’huîtres de la mer en un jour. Maintenant, j’ai du mal à en obtenir un », raconte-t-elle à Dialogue Earth.

Ce ne sont pas seulement les huîtres qui ne sont plus ce qu’elles étaient. Les femmes collectrices de coquillages dans les communautés rurales côtières de Niodior, et plus haut sur la côte à Palmarin, disent également constater une baisse des récoltes et de la qualité des arches, des crevettes et autres fruits de mer.

Les coquillages en déclin à mesure que l’acidité augmente
Lorsque l’eau de mer absorbe le dioxyde de carbone atmosphérique, de l’acide carbonique se forme. À mesure que les niveaux de cet acide augmentent, la quantité de carbonate disponible dans l’océan diminue. Le carbonate est un composant essentiel dans la matrice de carbonate de calcium que les animaux tels que les huîtres et les palourdes utilisent pour construire leurs coquilles.

Si les niveaux d’acide carbonique augmentent trop, le changement d’acidité peut même éroder directement les coquilles existantes. Il peut également perturber le développement et la survie des jeunes coquillages, et les obliger à dépenser de l’énergie pour la construction de coquilles qu’ils pourraient autrement utiliser pour se nourrir ou se reproduire.

Le réchauffement anthropogénique à l’échelle mondiale fait de cela un problème partout. Mais dans des endroits comme l’Afrique de l’Ouest, le problème peut être pire en raison du phénomène de remontée des eaux.

Le courant canarien de l’Afrique de l’Ouest est l’un des quatre systèmes de remontée orientale qui se produisent sur les marges orientales des océans du monde – où des eaux plus profondes remontent et créent une bande d’eau froide le long de la côte.